Skip to content

Oasis met le packet avec « THE FRUIT OF THE YEAR 2010 » !

Un gros concept de la part d’Oasis (Groupe Orangina – Schweppes) qui frappe fort avec l’élection du fruit de l’année.
Cela fait maintenant un petit moment que leurs prises de parole sont cohérentes et plutôt bien ficelées.

Le concept de cette campagne : le public élit le fruit de l’année qui sera la star du prochain film publicitaire de la marque.
Ce qui est remarquable ici, ce sont les moyens en place afin d’assurer la réussite de la campagne. Une opération 360 relayée principalement par la page facebook (contenant 1 million de fan !) et déclinée sur de nombreux supports : un site Internet, des annonces presse dans les gratuits, des affiches, des urnes de votes dans les magasins, un teaser web, une chaine Youtube

Le concours est également bien ficelé en 3 étapes :

Les éliminatoires qui se déroulaient jusqu’au 7 septembre : Le principe était de voter, sur la page Facebook, pour son fruit préféré parmi les 18 fruits candidats : Orange Presslé, Alan Anas, Ramon Tafraise, Eva Lapech, Cébo La Mûre, Frambourgeoise, Mangue de bol, Onsfan La Poire, Enrico L’Abricot, et Jude Citron…

Les demi finales jusqu’au 29 septembre : Place au fruits fights : Afin de soutenir activement le candidat que vous avez préalablement choisi, vous devez l’aider à accumuler des points en jouant à 3 jeux crées pour l’occasion. Là aussi, l’agence a fait un vrai travail sur les noms en adoptant une ligne éditoriale amusant : Le grand Plouf, la chuuute, et le crachat de pépins.
Les jeux ont même été décliné sur l’Iphone pour assurer le succès de cette phase.


Pour la finale, Oasis prévoit une descente dans la rue à la manière des partis politiques afin de convaincre une dernière fois les gens de les soutenir.

Mais le plus gros buzz sera surement pour le 13 octobre : date où le fameux fruit of the year descendra les champs élysées avant de débuter son mandat de star de la prochaine campagne.

Voila ce qu’on appelle une campagne 360. Un grand bravo donc aux équipes de l’agence : les films ont été réalisés par le studio parisien Machine Molle. Pour le site , il s’agit de l’agence digitale Chewing Com, du groupe ISOBAR et le studio parisien LES 84.