Skip to content

Google Me et Diaspora : Les alternatives à Facebook ?

Facebook a t-il des soucis à se faire ? On a du mal à se le dire mais la concurrence est bel et bien en train de s’étoffer. On connait déjà les prétendants : D’un côté, il y a Google et de l’autre Diaspora. Alors que vont-ils apporter de plus ? Comment compte-ils séduire les utilisateurs. Voici notre petite enquête.

GOOGLE ME :


Eric Schmidt, patron de Google affirmait lors de la dernière conférence Zeitgeist l’arrivée très prochaine de son réseau social baptisé Google Me. Après l’échec des 3 outils Orkut (très populaire malgré tout au Brésil et en Inde), Buzz, et Wave, le géant s’attaque maintenant au « social » en misant sur les succès de la firme : Search et Maps par exemple.

Pourtant, donner naissance à  une application social n’est pas une tâche aisée et Google a du s’entourer en achetant l’expertise ailleurs. C’est donc passé par le rachat de la société Angströ, spécialisée dans l’agrégation de contenus et par un partenariat avec KnowNow (service de flux RSS).

A cela, il faut ajouter à cette équipe : Max Levchin (Patron de Slide, CTO de Paypal) et Vic Gundotra, vice président de l’ingénierie Google. On a donc pour ce projet une « team » de guerre afin de ne rien laisser au hasard.

Lontemps resté dans l’ombre à l’abri des fuites, la nouvelle vient d’être officialisée par le CEO lui même qui parle plus de « couche sociale pour des services déjà existants ».

On en sait donc pas plus pour le moment mais on sait que Google veut frapper fort avec ce produit. Séduire 500 millions d’utilisateurs comme Facebook ne va pas être une tâche facile. Pourtant, depuis quelques mois on parle également d’un autre réseaux social qui va faire son apparition, il s’agit de Diaspora !

DIASPORA :

C’est le projet ambitieux de 4 étudiants américains de la New York University. Leur objectif : Lancer leur propre réseau social et concurrencer (ouvertement) Facebook. Oui oui ! Et devinez quoi, ils sont pris très au sérieux. Le projet a déjà récolté plus de 200 000 dollars pour son développement cet été.

Basé sur un développement Open source (Linux) , les codes seront rendus publics dès demain. Le lancement officiel quant à lui est prévu pour la mi octobre.

Mais alors comment comptent ils s’y prendre ? Tout d’abord en mettant l’accent sur le principal reproche fait à Facebook : c’est bien sur la protection des données.

Diaspora compte offrir une alternative « libre et respectueuse de la vie privée ». Le concept : l’utilisateur stock lui même ses données sur son serveur. Il n’y aura donc pas de ser­veur cen­tra­lisé qui gère ces connec­tions comme c’est le cas sur Facebook, juste deux ordi­na­teurs qui com­mu­niquent entre eux.
Les points forts de la solution : Une protection des données assurée, une sécurité optimale, une excellente ergonomie et une facilité d’installation.
L’équipe prévoit également une version payante, hébergée par des développeurs sans publicité.