Skip to content

Instagram rassure ses utilisateurs sur la vente de photos ; « il est facile de mal interpréter les documents légaux »

Instagram, touché par la réaction des utilisateurs, des médias et des réseaux sociaux concernant la possibilité de vendre les photos publiées sur la plate-forme, cherche à rassurer en communiquant plus de précisions sur les nouvelles conditions d’utilisation applicables à partir du 16 janvier 2013.

Sur son blog, Instagram affirme que c’est un business comme un autre; la publicité est l’un des moyens de se financer. La mise à jour de la politique est donc destinée à permettre la « création de publicités innovantes » mais surtout pas de vendre les photos des utilisateurs.

To be clear: it is not our intention to sell your photos.

La réponse est plus claire que le langage juridique et indique la vision à court et à moyen terme d’Instagram. Par exemple :

We envision a future where both users and brands alike may promote their photos & accounts to increase engagement and to build a more meaningful following.

On imagine la réalisation de comptes / pages Business comme sur Facebook, Twitter et Google+. A l’heure actuelle, il est possible de partager des photos sur une page Business de Facebook et créer une page de localisation via Foursquare.

 Our main goal is to avoid things like advertising banners you see in other apps

A la différence de la société mère, Facebook, Instagram ne souhaite pas intégrer des bannières publicitaires au sein de l’application, préférant d’autres moyens de faire fonctionner la publicité, comme peut-être l’analyse de la valeur d’un « like » et la mise à disposition de données.

We respect that your photos are your photos. Period.

Vous êtes propriétaire de vos photos. Point, à la ligne. Il semble que Facebook a pris la température sur la toile afin de clarifier non seulement l’avis des utilisateurs quant à la propriété intellectuelle d’une photo partagée sur un outil public et gratuit, mais aussi son propre positionnement par rapport à la vente de données au tiers. Les 30 jours entre l’annonce et la modification des conditions permettent à tout le monde d’évoquer leurs inquiétudes et à Instagram d’y répondre.

Est-ce que la réputation d’Instagram a-t-elle été endommagée par l’affaire ? Autour de nous, on a l’impression que tout le monde aurait du mal à quitter l’application et la plupart des 100 millions d’utilisateurs restera fidèle, conforté par les propos rassurants du blog. Pour d’autres, l’affaire a mis en exergue les efforts de monétiser les réseaux sociaux et a encore sensibilisé les utilisateurs à leurs droits sur internet.